mamanamillelieuesweb

Je les aime beaucoup mes enfants. Sauf qu’il y a des jours où je les mettrais dans un avion pour le Québec avec une lettre attachée à leur cou destiné à leur père où j’inscrirais ceci : « J’en ai assez ! Prends soin de tes enfants. Bonne chance ! »


 

« C’est ton projet, pas le mien ! Je veux retourner à la maison ! »

Quand deux de tes enfants te disent ces paroles à tour de rôle, ton cœur de maman se déchire en deux.

Ai-je fait le bon choix ?

Le doute s’installe, et là, tout peut s’écrouler. Tu puises tes forces dans les minuscules réserves que tu viens d’accumuler et tu joues le tout pour le tout.

En ce moment je vis une période difficile avec mes amours.

Ça fait presque dix semaines que nous sommes arrivées et je sens la lourdeur de maman sur mes épaules.

Avant de partir pour cette aventure, je me doutais que j’aurais à intervenir dans plusieurs situations. Des hauts et des bas ! Mais jamais de façon aussi intense.

J’avais beaucoup d’espoir qu’en étant en milieu scolaire, donc entouré d’enfants et de défis, qu’ils seraient trop fatigués pour penser à faire des crises ou s’ennuyer ! Étonnamment, le contraire se produit. Je me suis complètement trompé.

Malgré le fait qu’habituellement, mes enfants ne s’ennuient pas et qu’ils sont habitués de découcher, la notion de temps change tout. Dix semaines ne sont aucunement comparables à une.

Quand je termine d’en rassurer un, l’autre fait une crise, et le dernier s’amuse à faire un mauvais coup. Et ça recommence. Je dois même intervenir auprès des trois en même temps. La capacité d’adaptation n’est pas la même pour tous !

Dans les premières semaines, des mots durs sont sortis de leurs bouches : « Je veux retourner au Québec », « Je m’ennuie ! », « Ce n’est pas mon projet, mais le tien », « Personne ne m’aime », « Je subis de l’intimidation »…

L’incompréhension de la langue locale amène ses lots d’interprétation.

Leur imagination s’enflamme pour que je les réexpédie au Québec.

Comment intervenir ?

  • Les rassurer
  • Les écouter
  • Leur suggérer des pistes de solution
  • Les consoler
  • Les prendre dans mes bras.

Drôle de situation, car malgré la distance, mon « chum » intervient de la même façon avec moi : il me rassure, il m’écoute, il me fait des suggestions, il me console. Par contre, il ne peut pas me prendre dans ses bras.

Je me sens seul malgré les deux autres Moms. Eux aussi ont leurs petites inquiétudes. Encore là, on s’écoute, on se conseille.

Vivre en tribu a ses avantages, mais chacune de nous a ses propres préoccupations avec les différentes personnalités des enfants.

Ce texte est un hommage aux mères monoparentales qui doivent ,tous les jours, jouer le rôle de parents, psychologue, cuisinière, ménagère, taxi, employée, bricoleuse, patenteuse, pourvoyeuse, infirmière, médecin, confidente, complice, animatrice…

Et ce, sans support moral d’un conjoint au quotidien.

Je vous admire de trouver un équilibre dans tout ça. J’y travaille fort!

En ce moment, je suis sous un arbre en train de les regarder s’amuser comme des petits fous et j’apprécie cet instant qui me fait oublier les plus difficiles.

Marie-Josée

 

Joignez-vous à la discussion 14 Commentaires

  • Christiane Martin dit :

    Chère Marie-Josée, quel beau témoignage. Hommage aux femmes monoparentales.

    Ce que je ressens à te lire c’est une grande ouverture à nous confier ton moment avec les enfants. Tu écris comme tu voulais cette expérience. Tu recherches quelque chose, un projet à toi, mais en voulant le partager avec les enfants. Mais des fois, malgré les préparatifs du avant d’arriver au Costa Rica ça ne se passe pas comme on veut, comme dans notre monde idéal. Les enfants avec leur vérité de leur enfance, sont capables de nommer ce qu’ils ressentent. Cela démontre que Michel et toi, vous leur avez enseigné quelque chose de très précieux. D’être présents à leurs émotions et d’avoir un espace pour le nommer. Pour l’instant, il y a l’ennui pour eux, le manque de leur père, les ajustements à un nouvel environnement et une nouvelle culture, tu te sens seule, mais rattache-toi à ton désir premier. Tu as ton expérience. Et eux, la leur. Tu es une mère inspirante, wow, faire vivre un tel projet à ta tribu, – malgré l’intensité du voyage, et les hauts et les bas, c’est vraiment unique. Pour l’instant, Maxime, Raphaël, Olivier, ne comprennent pas, ce grand rêve que leur maman leur fait vivre, peut-être un jour, adultes, par hasard, ils reliront le blogue, regarderont les photographies du voyage. Ils auront ces mots, Maman, nous avons fait ça avec toi. Puis, Papa, à la maison, qui continue à travailler, pour nous permettre de vivre cela, tous les quatre. Peut-être qu’un jour, ils verront toute cette richesse. Pour l’instant, nous sommes là à te lire, à te soutenir de loin et à te dire, continue, Marie-Josée. Je t’aime, Christianexx

  • Dominique dit :

    Tu es tellement inspirante!
    Vis pleinement chaque moment et je suis persuadée qu’eux aussi y trouveront leur compte et qu’ils en ressortiront grandis et forts de cette belle expérience.
    Un gros câlin du Québec xoxo

  • Marie-France Barbeau dit :

    Courage ma belle,

    Tu es tellement une bonne maman. Tes doutes sont légitimes, mais tu fais de ton mieux. Si tu étais ici à la maison, tu pourrais vivre la même situation. Tu n’as qu’à penser aux vacances estivales où les enfants finissent par se taper sur les nerfs et nous de penser à les renvoyer à l’école pour avoir enfin la paix.
    Votre expérience si difficile soit-elle, va leur permettre un jour de prendre conscience de la chance qu’ils ont eu.
    Porte toi bien, je t’offre un câlin virtuel
    Marie-France
    Xxx

  • Berenyce dit :

    L’importance de vivre le moment présent….respire…encore et encore….notre sac à dos on le traîne partout…les comportements, les haibitudes suivent sur toute la planète…la journée où ils partiront en vacances seuls et qu’ils ne se poseront aucune question quand viendra le temps de parler espagnol…c’est à TOI qu’ils diront MERCI….et oui ça va arriver même si pour le moment tu n’y crois pas lol…Woup! Woup! Bisous bisous belle Marie-Josée xxx

  • Christian dit :

    Nous sommes passés par le même chemin à deux avec les enfants. Nous leur avions dit : Si vous ne changé pas, on retourne à la maison. À ce moment c’était vrai. Chaque situation est différente, mais la seule chose que je puisse te dire, les enfants nous parlent que des aventures incroyables qu’ils ont vécu. Il faut te faire une carapace pour le côté ingras des enfants. L’autre chose tu dois prendre de l’altitude est essayer de regarder la belle expérience avec un recul. Tu sais, n’importe quand je retournerais dans notre aventure même dans nos moments difficiles. Tu sais quoi, les enfants aussi. Vous avez fait le bon choix et ce choix viens avec de l’inconnu. C’est ça qui forge ce que nous sommes et ce qu’ils seront.

    • Marie-Josée dit :

      Merci Christian! C’est rassurant de savoir que nous ne sommes pas seules à vivre ces étapes. Effectivement je savoure les beaux moments. En ce moment c’est un haut. Je grandis dans cette aventures. Les enfants aussi. A bientôt!

  • Annie Martin dit :

    Allo ma belle cousine!!! Quelle honneur tu fais avec les mamans monoparental!! Je l’ai vécu avec mes enfants depuis que mon bébé à prêt de 2 ans et il en ai rendu à sa 17 ieme année!! Oui nous avons beaucoup de mérite mais il y a une chose que les gens oubli, en étant monoparental les enfants n’ont pas le choix de nous suivre dans peu importe les projets car il n’y a personne pour leur dire: »bien si tu n’aime pas ça reste avec papa!!  » le point de vu du retour est très très mince pour ne pas dire inexistant! T’es enfants savent qu’ils ont un papa qui les attends à bras ouverts et en plus dans leur chose!! Les adaptation avec des enfants se font sur un minimum de trois semaines un mois et en plus ils viennent répéter pour savoir si cette fois ça fonctionnera! Il faut tenir le phare, leur montrer et leur expliquer pourquoi vous avez réalisé se projet!! Leur rappeler les moments heureux lorsqu’ils le sont moins.. Et oui écouter, parler, discuter et chercher le réconfort tout autour de soi!! Courage ma belle un jour il te diront merci pas tout de suite mais un jour!! Demande leur un projet qu’il rêve de réaliser peut-etre resteras tu surprise de leur réponse!! J’apprends maintenant à avoir du temps pour moi chose que je n’ai pas eu beaucoup dans ma vie de monoparental c’est une autre étape après avoir passé 17 ans à m’être occupé de tous et chacun avant moi!! Mais je suis tellement fière des chemins qu’ils prennent!! Vous pourrez être fières de ce que vous leur avez apporté aujourd’hui et un jour ou l’autre ils se serviront de cette expérience.. Je vous embrasse fort et un gros câlin à toi ma belle cousine tu es inspirante et une super maman, belle, bonne, fine et capable! 😉

    • Marie-Josée dit :

      Merci Annie! Je m’accroche à mon rêve 🙂

      • Liette Desy dit :

        Allo Marie ne t’en fais pas, c’est possiblement une période d’ajustement et d’adaptation a cette nouvelle vie loin de tout (ami, télé, jeux etc.) Sans s’en rendre vraiment compte l’etre humain n’aime pas etre déstabilisé. C’est une nouvelle facon de vivre pour eux. Cette nouvelle environment est possiblement limité a leurs yeux, alors que c’est tout le contraire. Ils sont libre comme l’air ayant plusieurs choses a découvrir et aussi contempler tout ce que nous n’avons pas ici au Québec. Ils ne réalise pas a quel point ils ont la chance de vivre une tel expérience … c’est sur ils sont enfants, mais je suis convaincu qu’il vont apprécier cette aventure. Bon courage xxx

  • Eric Campeau dit :

    Salut Marie,
    Je suis vos aventures depuis le confort de mon 9 à 5 et c’est très inspirant ce que vous vivez. À tout plein de niveau. Je suis certain que le moment que tu as décrit ici semble déjà assez loin et qu’il y en a peut-être eu d’autre semblable depuis. De ce que j’ai pu lire, vous en avez aussi vécu des merveilleux aussi qui ont probablement équilibré un peu les choses. J’ai maintenant deux garçons (2 ans et presque 4) et je me suis retrouvé à repenser à ce texte quelques fois depuis que je l’ai lu. Sans être dans la même situation et à un degré beaucoup moins extrème, c’est tout de même un sentiment familier. J’ai aussi des gens autour de moi qui sont monoparental et effectivement, je leur lève tellement mon chapeau. Pour ce qui est de la réaction des enfants, les moments difficiles les auront fait grandir et ils se souviendront principalement des moments de plaisir d’ici quelques années. J’en suis convaincu. Continuez de profiter pleinement de cette opportunité et merci d’en partager quelques moments.

    • Salut Éric,

      Merci pour le mot! Effectivement depuis que j’ai écris le texte, la dynamique a changé! Nous sommes maintenant dans la dernière partie de notre voyage et les enfants réalisent maintenant que nous partons bientôt. Ils ont arrêté l’école Costaricaine pour se concentrer sur les matières du Québec. Ils réalisent donc qu’ils ont créé des amitiés auxquelles ils ne savent pas s’il y aura une suite. Donc l’inverse se produit, ils n’ont pas hâte de partir d’ici!!! Nous allons devoir les préparer au retour! Vivre et apprécier le moment présent!

Répondre à Berenyce Annuler la Réponse